Le tiers-payant chez le médecin à partir du 1er janvier 2017

Dès le 1er janvier 2017, le tiers-payant est généralisé pour les femmes enceintes et les patients en ALD. Lors d’une consultation chez un médecin – généraliste ou spécialiste -, il ne sera plus nécessaire de payer la partie de la consultation prise en charge par la Sécurité sociale. Comment ça marche ?

Une partie de la consultation payée
directement par la Sécurité sociale

Actuellement, lors d’une consultation chez un médecin généraliste ou un spécialiste, l’ensemble de la consultation doit être réglée auprès du praticien. La part prise en charge par la Sécurité sociale est ensuite remboursée auprès de l’assuré. La mutuelle rembourse le ticket modérateur, c’est-à-dire le reste du montant de la consultation. 

Dès le 1er janvier 2017, les femmes enceintes et les personnes qui sont en ALD (Affection Longue Durée) ne devront payer que le ticket modérateur auprès du médecin. La part de la Sécurité sociale sera réglée directement par l’Assurance maladie, sans avance de frais de la part des patients. C’est déjà ce qui est mis en place pour les personnes qui disposent de la CMU-C, ou qui bénéficient de l’ACS.

Chez un médecin généraliste par exemple, la consultation coûte actuellement 23 €. 15,10 € seront directement déduits, et il restera 7,90 € à régler. 6,90 € peuvent être remboursés par la mutuelle ensuite.

A noter : à partir du 1er mai 2017, la consultation chez le médecin généraliste passe à 25 €

Comment bénéficier du tiers-payant chez le médecin ?

Pour bénéficier du tiers-payant, il est nécessaire de présenter sa carte Vitale au médecin. La carte Vitale doit être mise à jour pour tout changement de situation : déclaration de grossesse ou, pour les patients en ALD, attestation de droits mentionnant l’exonération du ticket modérateur.

Les soins dispensés dans le cadre de l’assurance maternité ou en rapport avec l’ALD sont exonérés de l’avance des frais. A noter : dans ce cadre, certains soins sont pris en charge à 100% par l’Assurance maladie, et aucune avance de frais n’est donc nécessaire.

En savoir plus sur les soins concernés sur Ameli.fr

Chomage et santé comparez économisez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *