Remboursement des médecines douces, comment ça marche ?

Comment se faire rembourser les médecines douces ?Pour nombre de particuliers, une séance d’ostéopathie, d’acupuncture ou encore un traitement homéopathique fait partie des soins essentiels au maintien d’une bonne qualité de vie.

Il s’agit pourtant de soins non remboursés par la Sécurité sociale… et les payer peut devenir plus compliqué en période de chômage, avec un budget santé plus réduit. Comment bénéficier quand même d’un remboursement des médecines douces

Pas de remboursement de la Sécurité sociale

Nombre de spécialités liées aux médecines douces ne sont pas remboursées par la Sécurité sociale. C’est le cas par exemple des séances d’ostéopathie : pourtant, leur caractère bénéfique sur leur quotidien, et l’effet notable lorsqu’on se bloque le dos par exemple, est bien connu.

Certaines spécialités, considérées comme des « soins confort » par la Sécurité sociale, ont fait leurs preuves depuis longtemps. Elles sont aussi particulièrement profitables pour certains patients, et recommandées en prévention comme en soin.

Un remboursement des médecines douces
sous certaines conditions

Certaines mutuelles proposent une prise en charge des médecines douces. C’est aussi le cas pour les mutuelles chômeur, selon les garanties souscrites. Un remboursement sous forme de forfait annuel peut ainsi être proposé : prise en charge complète ou partielle d’une ou plusieurs séances d’ostéopathie par exemple, à condition de ne pas dépasser un plafond annuel.

Les conditions sont les mêmes pour d’autres spécialités liées aux médecines douces : homéopathie, acupuncture, ou encore sophrologie et réflexologie… Si le spécialiste qui propose ces soins exerce dans le secteur conventionné, la mutuelle peut également rembourser le dépassement d’honoraires au-delà du tarif de convention.

Economisez des maintenant comparez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *